S’abandonner au geste lumineux

Maison De La DanseDans cette fin de janvier, la Maison de la danse de Lyon a accueilli la compagnie taiwanaise Cloud Gate Dance Theatre et son saisissant spectacle 13 Tongues, une rencontre exceptionnelle d’univers, temporalités et rites lointains provoquants un rare geste lumineux

Spoiler

In questi ultimi giorni di gennaio, la Maison de la danse de Lyon ha accolto la compagnia taiwanese Cloud Gate Dance Theatre e il suo straordinario spettacolo 13 Tongues, un eccezionale incontro di universi, temporalità e riti lontani che hanno provocato un raro gesto luminoso Cheng Tsung-Lung, che ha raccolto l’eredità del fondatore della compagnia Lin Hwai-min, concepisce una costellazione di immagini che combinano il passato e il presente in bagliori istantanei e puntuali. Danze popolari e musica elettronica, riti ancestrali e forme contemporanee si intersecano e provocano un unico grande gesto visivo e fisico, un profondo respiro composto da un numero infinito di microcosmi gorgoglianti e tremanti. La struttura coreutica di 13 Tongues confessa un abile uso delle forme storiche che non mira a una negazione del passato o del presente, ma alla fioritura di una forma che non è affatto nuova ma, tuttavia, mai realizzata. È in questa antica creazione, in questo incontro temporale, che riconosciamo quel quid che, non essendo mai esistito, è sempre stato lì, da qualche parte. Un passato-presente che insiste sulla linea temporale senza essere mai congelato in una forma eterna e, quindi, utilizzabile. Cheng Tsung-Lung realizza la lezione di Lin Hwai-min evocando “l’aria delle cose”, lasciandola dissipare alla fine di questo gesto squisitamente aereo.

[riduci]

Chorégraphe, écrivain et pédagogue, Lin Hwai-min a fondé le Cloud Gate Dance Theatre of Taiwan en 1973, puis Cloud Gate 2 en 1999. Son style unique lui a valu de nombreux prix le long de sa carrière et l’impact de sa recherche est désormais universellement reconnu. Le Cloud Dance a participé à un renouvellement profond de la danse orientale, mais aussi à la diffusion d’une approche très particulière et d’inspiration ancienne, mêlant respiration, spiritualité, rites, chants et danses populaires. Suivant la leçon du Maitre, Cheng Tsung-Lung, nouveau directeur artistique de la compagnie depuis 2020, a su concevoir une pièce qui se place dans le sillage de l’enseignement de Lin et se concrétise dans une forme riche de références et de de temporalité.

L’expression contemporaine de 13 Tongues, première pièce d’envergure de Cheng, est indéniable mais ce qui touche et conquiert le spectateur, est notamment le geste accueillant et léger qui se dénoue pendant ces 70 minutes. Une légèreté rigoureusement imaginée, atteinte et réalisée à travers une constante opération d’enlèvement matériel, de soustraction physique, afin d’aboutir à un rare opus lumineux. Le titre se réfère à un artiste légendaire de Taipei, appelé précisément 13 Tongues : capable de se glisser dans des nombreux rôles et personnages, cet artiste de rue revit dans les souvenirs de Cheng et cette pièce se veut autant un hommage qu’une forme créatrice et inspirée.

Cheng Tsung-Lung en conçoit une constellation d’images qui conjuguent le passé et le présent dans des lueurs instantanées et ponctuelles. Danses populaires et musique électronique, rites ancestraux et formes contemporaines s’entrecroisent et provoquent un large geste visuel et physique, une seule grande respiration composée d’un nombre infini de microcosmes bouillonnants et tremblants. La structure choreutique de 13 Tongues révèle une savante utilisation des formes historiques  qui ne vise pas à une négation du passé ou du présent, mais à l’éclosion d’une forme à la fois ancestrale et inédite. Dans cette création ancienne, dans cette rencontre temporelle, nous reconnaissons ce quid qui, n’ayant jamais existé, a pourtant toujours été là, quelque part : un passé-présent qui insiste sur la ligne du temps sans se laisser figer dans une forme éternelle et, donc, utilisable. Cheng Tsung-Lung réalise la leçon de Lin Hwai-min évoquant l’« air des choses », le laissant se dissiper à la fin de ce geste aérien.

Saisis dans l’Irrkunst benjaminien, l’art de perdre l’orientation, nous nous trouvons abandonnés dans cette traversée d’une civilisation lointaine, de ses rituels et de sa symbolique cryptiques. Seul le geste de l’abandon total peut permettre l’impossible illumination momentanée d’une forme esthétique qui ne possède pas seulement la grâce de la beauté, mais sait enfreindre le réel pour toucher le noyau nerveux du politique.

Le spectacle a eu lieu :
Maison de la danse
8 Avenue Jean Mermoz – Lyon
du 28 au 31 janvier 2020

La Maison de la danse a présenté :
13 Tongues
création 2016
chorégraphie Cheng Tsung-Iung
musique Lim Giong
décors He Jia-sing
création lumière ShenPo-hung
vidéo Ethan Wang
costume Lin Bing-hao
durée 1h05

www.maisondeladanse.com

Rispondi

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.