Feu et cendres dans un univers de plus en plus noir

Presentation De Saison Radiant Bellevue 1491918495Dix albums, plus de vingt ans de carrière et des tournées interminables : les membres d’Archive retrouvent la région lyonnaise pour une soirée à la hauteur des attentes. Archive ne déçoit jamais.

Spoiler

Nati nel momento più intenso dell’epoca trip-hop, e autori di due opere importantissime di quel genere (Londinium del 1996 e Take My Head del 1998), gli Archive non sembrano aver finito la propria vena creativa. Mai banali, mai uguali a se stessi e, eppure, così riconoscibili, i londinesi continuano a tempestare la cartina europea di tournée immancabili, generate da nuove uscite (e siamo arrivati al decimo album) che evitano ogni pericolo di ripetizione. L’ultima opera, uscita il 7 ottobre dell’anno passato, è l’oscuro The False Foundation, struttura portante intorno alla quale si è sviluppata tutta la serata del 29 novembre scorso al Radiant-Bellevue di Caluire-et-Cuire, appena fuori Lione. Inaugurato dalla caosmotica Driving in Nails, il concerto ha dispiegato un’evocazione puntuale della ricchissima produzione del gruppo londinese. Un rock che si tinge di tinte scure, financo scurissime, tuffandosi in un universo popolato di forme rumoristiche, alternate da brevi fenomeni dolcissimi (Sell Out), bizzarre crasi industrial-techno-rockabilly (Stay Tribal) slanci epici (Ride in Squares), hits diventate patrimonio collettivo (Fuck U e Bullets), sofferenze melanconiche (The Feeling of Losing Everything). E se la fine del concerto sembrava essere troppo poco ritmata (con la bellissima, e quasi nineinchnailsiana Blue Faces), i bis ci hanno fatto dimenticare perfino di averlo pensato. Si chiude sull’incredibile Controlling Crowds seguita dall’ipnotica Numb e si esce della solita sensazione di completezza che un gruppo come gli Archive ci ha abituato a percepire

[riduci]

Archive aime la région lyonnaise et la région lyonnaise adore Archive. Chaque venue du groupe londonien est vécue comme un évènement inratable et le public, nombreux, présent à chaque passage dans la région le démontre sans le moindre doute. La soirée du 29 novembre au Radiant-Bellevue de Caluire-et-Cuire a été ouverte par le set de Steven Prigent (aka SPS Project) où l’on a pu entendre résonner des influences de toute la scène trip-hop mais aussi de Philip Glass, Michael Nyman, Erik Satie, de la techno et du jazz. Un projet qui possède du potentiel notamment quand les compositions virent vers l’univers ambient (et moins quand la confusion saccadée brise cet élan). A suivre.

Il est 21h15 et les membres d’Archive montent sur scène. Il y resteront pour plus de deux heures pour confectionner l’énième concert de ce bijou de la scène anglaise des années 90. L’ouverture est un brouhaha sonore plongé dans une obscurité presque totale. Peu à peu, de ce caosmos surgissent des sons et des voix articulés accompagnées par la sensation que nous sommes déjà sous l’emprise d’un enchantement. Et pourtant, cette fois-ci on voulait résister. Mais nous avons été captivés, encore une fois. A partir de Driving in Nails nous sommes pris dans la structure de cet univers sonore et, victimes d’une si belle force majeure, nous capitulons. Sans conditions. Sell Out nous caresse avec sa beauté délicate et cosmique tandis que l’étrange Stay Tribal nous gifle avec un rythme techno-rockabilly-industriel. Il faut courir. The False Foundation est ouverture et course soutenue, cri et jeu. Fuck U arrive comme une libération, comme un rayon de lumière dans l’obscurité si bien tressée par le dixième chapitre de la carrière de ces anglais. Le temps d’apercevoir le jour et voici de nouveau plongés dans le dark de Splinters. Les voix de Dave Pen et de Pollard Berrier créent un mix explosif dans la suivante Sane avant d’hypnotiser définitivement l’auditoire avec Bullets. La mélancolie émouvante de The Feeling of Losing Everything nous accompagne vers le triplé final. Voici d’abord la merveilleuse Lights (suivie par le choix incompréhensible de The Empty Bottle), pour enfin terminer avec l’intimiste Blue Faces, perle d’une rare beauté qui renvoie à un certain Trent Reznor. Les cinq prennent congé sur des paroles soufflées et dans une obscurité qui n’avait jamais atteint cette profondeur vertigineuse.

La pause imposée par la structure conventionnelle du spectacle musicale est réduite à un presque rien et des lumières (sombres) rattrapent aussitôt les musiciens : Bright Lights. Le tapis progressif (made in Germany) est la base qui accueille l’éternelle Controlling Crowds, où les lointains souvenirs du Bristol sound deviennent des lames aiguisées à avaler comme une condamnation purificatrice. Numb clôt un concert (encore une fois) magnifique. Non, Archive ne déçoit jamais.

Le spectacle a eu lieu :
Radiant-Bellevue
1 rue Jean Moulin – Caluire-et-Cuire.
mercredi 29 novembre 2017 à 20h

Alias Productions et Eldorado & Co ont présenté
Archive (+ SPS Project) en concert

Setlist
Driving in Nails
Sell Out
Stay Tribal
The False Foundation
Fuck U
Splinters
Sane
Bullets
Ride in Squares
Programmed
The Feeling of Losing Everything
Lights
The Empty Bottle
Blue Faces

Encore
Bright Lights
Controlling Crowds
Numb

www.alias-production.fr
radiant-bellevue.fr
www.eldorado.fr

LASCIA UN COMMENTO

Per favore inserisci il tuo commento!
Per favore inserisci il tuo nome qui

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.