Dans l’étendue d’un rêve indéfini et bouleversant

L’Épicerie Moderne de Feyzin retrouve Blonde Redhead trois ans après la tournée de présentation de Barragán. La sortie du nouvel EP 3 o’clock a été l’occasion de retrouver ce groupe grandiose qui est désormais reconnu comme un des phares du panorama indie mondial

Spoiler

Aperto dall’ottimo set della sorprendente musicista svizzera Emilie Zoé, il concerto dei Blonde Redhead all’Épicerie Moderne di Feyzin ha mostrato la ricchezza di una ricerca musicale in continuo divenire e mai doma. Una carriera che oramai sfiora i venticinque anni e che ci auguriamo sia ancora lunghissima.

[riduci]

Vendredi 3 mars s’est déroulée une soirée mémorable à l’Épicerie Moderne de Feyzin. Si le premier temps de ce festin musical a été assuré par le très bon concert de la surprenante suisse Emilie Zoé, artiste capable de mélanger des atmosphères très rock (qui rappellent la force de Melissa Auf Der Maur) et des étendues douces et mélancoliques qui ont le pouvoir de caresser les spectateurs, tout en déposant une rêche couche de nostalgie, la deuxième partie de la soirée a vu se produire les italo-japonais (mais, désormais, américains à part entière) de Blonde Redhead.

Une heure et demie de concert et quinze morceaux ont montré la force inépuisable et le résumé d’une carrière qui désormais se lance vers ses 25 ans d’ancienneté. La tournée européenne du groupe, ouverte avec le concert de Trévise le 22 février dernier et qui se terminera à Athènes le 19 mars, après avoir jalonné douze pays, est l’occasion pour présenter leur dernière production, l’EP 3 o’clock, sorti le jour même du concert de Feyzin pour Wa Kuru Records, en collaboration avec le label italien Ponderosa. Après un hiatus de trois ans (interrompu avec la publication de Masculin Féminin, reissue de deux premières albums, l’album éponyme et La mia vita violenta, tous les deux sortis en 1995), le groupe américain continue sa douce virée dans les atmosphères pop qui estompent les sons raboteux auxquels il nous avait habitués. 3 o’clock, Where your mind wants to go et Give give sont, en fait, trois ballades aux tons rêveurs qui ont représenté des instants de réflexion à l’intérieur d’un concert très riche en émotions. Les voix de Kazu Makino et d’Amedeo Pace nous ont amenés dans les rêves à peine esquissés d’une recherche musicale qui se démontre loin d’être épuisée.

Ouvert avec la voix égraineuse d’Amedeo dans la magnifique Falling man, le concert a esquissé la longue carrière du groupe, à travers leurs meilleurs albums, en se concentrant, notamment, sur ce chef-d’œuvre qui est Misery is a butterfley (4AD, 2004) et sur Barragán (Kobalt, 2014), mais sans oublier le petit bijou 23 (4AD, 2007) qui a marqué les deux fins du concert, d’abord avec Spring and by Summer Fall, véritable cavalcade structurée en un crescendo enivrant et puis, marquant la fin des rappels, avec la chanson éponyme, donnant la possibilité à Kuzu Makino de se libérer dans une danse pleine d’une sensualité nonchalante et captivante qui a emporté tous les spectateurs dans ses mouvances contemplatives.

Oui, nous avons voyagé avec elle et cela a été magnifique.

Le concert a eu lieu :
L’Épicerie Moderne
Place René Lescot – Feyzin
vendredi 3 mars 2017

L’Épicerie moderne et Radical production ont présenté
Blonde Redhead + Emilie Zoé

Set
Falling Man
Bipolar
Elephant Woman
Mind to Be Had
No More Honey
Where Your Mind Wants To Go
Anticipation
Three o’ clock
Doll Is Mine
Dr. Strangeluv
Dripping
Spring and by Summer Fall

Encore
Give Give
Equus
23

www.epiceriemoderne.com
www.radical-production.fr

LASCIA UN COMMENTO

Per favore inserisci il tuo commento!
Per favore inserisci il tuo nome qui

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.