Gloire et chute d’un dissoluto androgyne

Habitué des Nuits de Fourvière, l’Orchestra di Piazza Vittorio était de retour à Lyon avec une nouvelle création, un Don Giovanni moderne et androgyne, interprété par la charmante Petra Magoni. Une nouvelle lecture d’un opéra mythique qui renfonce le rôle de Mario Tronco comme habile metteur en scène des grands classiques

Spoiler

Mario Tronco e la sua Orchestra di Piazza Vittorio sono, oramai, degli habitué del festival Les Nuits de Fourvière. Un legame iniziato nel 2009 con la rappresentazione de La Flûte enchantée, proseguita nel 2013 con la Carmen e nel 2014 con Le tour du monde en 80 minutes. E il ritorno nelle terre francesi dell’ensemble multietnico romano coincide con una creazione nuova di zecca, in anteprima mondiale, di un Don Giovanni androgeno e moderno, capace di strappare il ruolo al mito per inserirsi nella nostra contemporaneità. La magnifica Petra Magoni torna, dopo aver interpretato la Regina della notte nella prima opera dell’Orchestra, ad essere diretta da Mario Tronco e dalla sua visionarietà iconoclasta. Una carezza per gli occhi e per le orecchie

[riduci]

C’est toujours avec très grand plaisir que nous plongeons dans l’univers coloré et festif de l’Orchestra di Piazza Vittorio. Qu’il s’agisse d’une histoire d’amour, d’un voyage fantastique ou d’une tragédie, l’ensemble aux ordres de Mario Tronco travaille la matière de l’histoire pour en sortir un conte onirique. Après La Flûte enchantée en 2009, la Carmen en 2013 et Le tour du monde en 80 minutes de l’année suivante, l’Orchestra multiethnique romaine a choisi la scène des Nuits de Fourvière pour présenter sa nouvelle création : le Don Giovanni de Mozart. Un voyage aux nuances jazz, avec un Leporello (Omar Lopez Valle) fraichement débarqué de la Nouvelle-Orléans tandis que Donna Anna (Simona Boo) et Don Ottavio (Evandro Dos Reis) nous font voyager dans les sonorités bossanovas. La transformation de l’opéra mozartien ne touche ni le fond ni l’esprit du Don Giovanni, mais agit sur la surface des choses, avec une démarche de mutation formelle qui bouleverse et conquiert. Le catalogo des conquêtes de Don Giovanni provient directement de la discographie de The Beach Boys et le duo d’amour et de jalousie entre une Zerlina napolitaine (Mama Marjas) et un Masetto arabe (Houcine Ataa) représente un des moments les plus touchants du spectacle. Mais, sur tous les personnages, c’est lui qui règne jusqu’à la fin, quand il succombera à son propre narcissisme tout-puissant. Le Don Giovanni de Petra Magoni est un personnage mesquin, sorte de patron qui fait agir un pouvoir maléfique et écrasant, qui secoue la parole en la livrant à son côté délirant.  Mais la Némésis s’abat sur ce triste personnage parfaitement représenté par la chanteuse italienne. Et l’opéra s’achève sur son ouverture.

Le spectacle a eu lieu :
Grand Théâtre – Parc Archéologique de Fourvière
6 rue de l’Antiquaille – Lyon
du 13 au 15 juin à 22h

Le festival Les Nuits de Fourvière, en coproduction avec l’Accademia Filarmonica Romana, a présenté
Don Giovanni
d’après Wolfgang Amadeus Mozart
création Orchestra di Piazza Vittorio
direction artistique et musicale Mario Tronco
arrangements musicaux Mario Tronco, Leandro Piccioni, Pino Pecorelli
direction musicale et piano-forte Leandro Piccioni
mise en scène Andrea Renzi
scénographie Barbara Bessi
costumes Ortensia de Francesco
lumières Daniele Davino
son Angelo Elle
régie plateau Silvia Alù
réalisation des costumes Katia Marcanio
production executive Andrea Posi
direction de production Giulio Micheletti

avec
Don Giovanni Petra Magoni
Donna Anna  Simona Boo
Donna Elvira Hersi Matmuja
Zerlina/Commendatore Mama Marjas
Don Ottavio Evandro Dos Reis
Leporello Omar Lopez Valle
Masetto Houcine Ataa

Contrebasse Pino Pecorelli
Batterie Ernesto Lopez Maturel
Saxophone, clarinette, flûte, cithare Emanuele Bultrini
Claviers Andrea Pesce

LASCIA UN COMMENTO

Per favore inserisci il tuo commento!
Per favore inserisci il tuo nome qui

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.