Philologie et fascination

Création et histoire se sont étroitement mêlées ce jeudi 23 mai à la chapelle de la Trinité de Lyon pour le dernier concert des Grands Concerts. Le sacre de Louis XIV dirigé par Sébastien Daucé a fasciné l’auditoire par sa rigueur et évocation historique

Spoiler

Una serata di rara bellezza quella vissuta giovedì 23 maggio alla cappella della Trinità di Lione. Sébastien Daucé e l’Ensemble Correspondances hanno proposto una lavoro di rigore filologico e di creazione affascinante: Le sacre de Louis XIV. Se non conosciamo il programma musicale che accompagnò l’incoronazione del giovane Louis Dieudonné de Bourbon, grazie a numerosi indizi è stato però possibile immaginare le musiche che risuonarono nella cattedrale di Reims il 7 giugno 1654. Una ricostruzione, quella dell’Ensemble Correspondances di Lione, che esce dai rigidi cardini di una riproposta pedissequa e che ha affascinato per dinamismo, eleganza e solenne sobrietà.

[riduci]

Sébastien Daucé a opéré un travail minutieux de philologie musicale de reconstitution fidèle, marié à une évocation historique fascinante saisissant ce qui n’est pas de l’ordre de l’écriture mais de la sensation. Ce jeudi 23 mai, la Chapelle de la Trinité de Lyon a accueilli une des dernières créations/reconstitutions de l’ensemble fondé à Lyon en 2009 : Le sacre de Louis XIV.

Nous avons assisté à bien autre chose qu’une simple évocation du sacre du 7 juin 1654, lorsque le jeune Louis Dieudonné de Bourbon fut couronné roi de France dans la cathédrale de Reims. Le travail remarquable du directeur artistique et chef d’orchestre Sébastien Daucé, avec le soutien des recherches de Thomas Leconte et de la mise en espace de Mickaël Phelippeau et Marcela Santander, a permis l’émergence du pouvoir créatif et toujours renouvelable de l’événement historique. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre le fait que cet événement musical qui n’a jamais eu lieu redonne à l’inconnu l’espoir d’exister. Aucune trace du programme musical de la cérémonie n’a été transmise, mais en croisant des informations précieuses (les différents corps présents, les textes chantés, le déroulement de la cérémonie), un réseau d’indices est apparu comme la structure essentielle sur laquelle bâtir un véritable chef-d’œuvre : le travail de Sébastien Daucé et de l’Ensemble Correspondances a permis d’installer un dialogue enrichissant entre création et histoire.

La volonté d’imprimer une marque solennelle a été respectée toute la soirée par la présence diffuse et totalisante du symptôme de la création artistique. Les annonces qui accompagnaient les différentes parties de la cérémonie officielle ont résonné dans la nef de la chapelle grâce à l’intervention de jeunes chanteurs de la maîtrise du CRR de Lyon. « Le Roi entre à Reims ! » annonce le début d’une soirée de rare élégance, où la philologie s’enlace avec la sensibilité et la volonté d’ouvrir un champ artistique dans l’écoute contemporaine. L’entrée cérémoniale des musiciens et des chanteurs est accompagnée par la Pavane pour le mariage de Louis XIII : la procession emplie de religiosité et de sentiment royal des artistes traverse les espaces de la chapelle afin de prendre place sur les trois scènes installées. Le concert peut débuter officiellement avec Anna Mater matris Christi, une invocation à la mère de la Vierge en l’honneur de la Reine, mère de sa Majesté.

L’entrée du roi est accompagnée par un Ecce ego mitto Angelum meum, où la fascination du chant grégorien est reprise par un remarquable chœur de femmes qui lui donne un aspect magnifiquement mystique. Le psaume suivant, Domine in virtute tua permet un intense dialogue entre les chanteurs et les chanteuses. Parmi les moments plus émouvants de la soirée, nous tenons à faire mention du Te deum à deux voix conçu dans une perspective d’échange et de renvois entre voix et instruments, parfaitement réalisée grâce également à la dispersion des chanteurs dans la chapelle.

Une soirée de rare beauté se terminant avec le Gaudete et exultate, bénédiction finale qui scelle le mariage éminemment lyonnais entre l’Ensemble Correspondances et ce lieu, bijou baroque de la ville, consacré aujourd’hui à l’art de la musique.

 

Les concerts a eu lieu :
Chapelle de la Trinité

29-31 Rue de la Bourse – Lyon
jeudi 23 mai 2019 à 20h

Les Grands Concerts ont présenté :
Le sacre de Louis XIV
Ensemble Correspondances
direction Sébastien Daucé
avec la Maîtrise du CRR de Lyon sous la direction de Marie-Laure Teissèdre
mise en espace Mickaël Phelippeau et Marcela Santander
lumières Abigail Fowler
avec la collaboration de Thomas Leconte, Centre de musique baroque de Versailles (pôle recherche du CMBV, équipe du CESR – UMR7323)
avec le soutien du Centre de musique baroque de Versailles

www.lesgrandsconcerts.com
www.ensemblecorrespondances.com

Rispondi

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.