Riche et surprenante traversée romantique

Les Siècles Romantiques«Verdi, sempre Verdi, fortissimamente Verdi »

Spoiler

La nuova stagione dell’ensemble lionese Les Siècles romantiques prenderà vita, nell’affascinate cappella della Trinità cittadina, sotto l’astro di Giuseppe Verdi. Al genio italiano sarà infatti consacrata la metà di una programmazione esigente e affascinante. Martedì 3 aprile sarà l’occasione di incontrare le splendide Ouvertures d’opéras così care al direttore Jean-Philippe Dubor mentre il mese successivo, martedì 14 maggio, sarà la volta dei Chœurs de Verdi con estratti dal Don Carlos e dall’Aida. Ma la nuova stagione non sarà solamente verdiana ed essa riserva delle inaspettate quanto piacevoli sorprese. Si inizia proprio questa sera, martedì 11 dicembre con la versione del 1956 dei Carmina Burana di Carl Orff, nella trascrizione per due pianoforti, 17 percussioni, coro e solisti per, in seguito, dare l’appuntamento ai melomani incalliti della regione con una creazione che entra a far parte del repertorio dei Siècles Romantiques e che rappresenterà l’occasione di una vera e propria riscoperta. La sera del 15 gennaio è una data da segnare su tutte le agende: il Requiem di Franz von Suppè (nato come Francesco Ezechiele Ermenegildo, cavaliere Suppè-Demelli) si risveglierà dall’oblio per richiamare l’attenzione su di un’opera ricca e sorprendentemente dimenticata. L’opera del compositore nato nella Spalato imperiale, rappresenta un piccolo gioiello il cui abito “serio” protegge e accoglie un’intensa rete di citazioni e di relazioni con le ricerche musicali viennese e italiane dell’epoca. Una riscoperta da non perdere che il direttore Jean-Philippe Dubor offrirà al pubblico grazie al suo celebre ardore totale.

[riduci]

C’est sous l’astre du compositeur italien que la nouvelle saison des Siècles Romantiques prendra forme dans ce haut lieu de l’art et de la musique représenté par la chapelle de la Trinité de Lyon. La créature du chef d’orchestre Jean-Philippe Dubor poursuit ainsi son chemin fascinant et rigoureux à travers la musique romantique sans quitter cet écrin baroque qui semble accueillir naturellement les productions de son ensemble depuis plusieurs années.

La saison 2018-2019 propose quatre rendez-vous incontournables à partir de ce soir, le mardi 11 décembre, avec une œuvre que le directeur lyonnais connait et maitrise parfaitement et qui avait déjà retenu tant notre attention que notre souffle il y a quelques années : les Carmina Burana de Carl Orff. Cette cantate scénique s’élèvera dans la salle baroque de la chapelle pour toucher le sommet du pathos dans le mouvement répété du O Fortuna.

Deuxième et plutôt surprenant rendez-vous, le Requiem de Franz von Suppè sera donné le mardi 15 janvier pour une soirée de grand recueillement et spiritualité. Le compositeur autrichien (Francesco Ezechiele Ermenegildo, cavaliere Suppè-Demelli de son vrai nom) naît à Split à l’époque de l’Empire Austro-hongrois, reste encore aujourd’hui majoritairement connu pour sa production d’opéras et de farces que pour ses travaux « sérieux ». Cette création permettra ainsi au public lyonnais de découvrir une composition liturgique demeurant méconnue et dont les couleurs restent strictement liées à la recherche musicale de la Vienne de la moitié du XIXe siècle.

On retrouvera l’univers grandiose de Verdi dans le troisième et quatrième concert de la saison. Le mardi 3 avril ce seront les Ouvertures d’opéras du génie italien à l’honneur d’une soirée qui s’annonce comme un des moments les plus intenses de la programmation musicale de la Région. L’incorporation des thématiques historiques et épiques avec la stricte contemporanéité font du corpus verdien (et notamment de celui des opéras) un universel intemporel capable de fonder une unification culturelle avant toute politique.

La saison des Siècles Romantiques se clôturera le mardi 14 mai avec les Chœurs de Verdi, avec des extraits du Don Carlos et de l’Aida, deux parmi les innombrables chef-d’œuvres de ce simple « paysan des Roncole » devenu le grand novateur de l’opéra italien, symptôme et symbole révolutionnaire de sa nation. C’est pour cette raison, à la fois profonde et honnête, que nous avons choisi de paraphraser, au titre d’exergue, les mots d’un autre très grand patriote, ce Vittorio Alfieri qui consignait à son ami Ranieri de’ Casalbigi la volonté de se consacrer au travail tragique. Ces mêmes exigence et rigueur résonnent dans tout le travail de Verdi et, traversant les « siècles romantiques », parviennent aujourd’hui dans la tâche que le directeur Jean-Philippe Dubor mène avec un engagement admirable.

Nous nous réjouissons de la continuité de ce projet éminemment romantique et dont nous ressentons un besoin infiniment nécessaire dans l’époque que nous sommes en train de traverser. Cet acte de résistance musical est à sauvegarder et célébrer, dans sa beauté et son intransigeance.

Les concerts auront lieu :
Chapelle de la Trinité
29-31 rue de la Bourse – Lyon

Les Siècles Romantiques présentent :
Carl Orff – Carmina Burana – Chœur, solistes, 2 pianos, 17 percussions
mardi 11 décembre 2018 à 20h

Requiem de Franz Von Suppè – Chœur, solistes, orchestre symphonique
mardi  15 janvier 2019 à 20h

Ouvertures d’Opéras de Verdi – Orchestre symphonique/concert présenté
mercredi 3 avril 2019 à 20h

Extraits de Don Carlos et Aida de Verdi – Chœur, solistes, piano
mardi 14 mai 2019 à 20h

Les Siècles Romantiques
direction Jean-Philippe Dubor

www.lessieclesromantiques.com

Rispondi

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.