Respirer la crête du visible

Entre ombre et lumière, dans l’étroite fente qui sépare ces univers opposés, María Pagés libère son art fascinant. Le festival des Nuits de Fourvière, en complicité avec la Maison de la danse, a accueilli la première française du nouveau spectacle de ce grand génie du flamenco : Una oda al Tiempo

Spoiler

Tra la luce e l’ombra, all’interno della ferita che divide e apre questi universi opposti, la grande dama del flamenco María Pagés insinua la sua arte per offrirla ad uno spettatore fin-da-sempre coinvolto in questa creazione chaosmotica. Una oda al Tiempo, ultima fatica della grande artista spagnola, fa tappa al festival Les Nuits de Fourvière incantando e lasciando un segno, delicato ed indelebile, negli sguardi della gente. Una danza che si tuffa all’interno della temporalità lavorando e vivendo solamente degli interstizi, nelle discrasie e nelle embricazioni tra faglie temporali. Un sentimento di perfezione all’interno di un incessante movimento carnale e sensual

[riduci]

La musique plonge au milieu du public et s’élève sur la colline de Fourvière dans un battement entre chronos et aïon qui nous lie à l’immanence la plus profonde et à sa surface. L’ouverture du dernier spectacle de María Pagés s’est déclinée dans une forme véritablement incarnée au grand théâtre dans cette nouvelle soirée aux Nuits de Fourvière.

Les musiciens, virtuoses, disséminés dans le public, ne sont pas cantonnés à un rôle d’ouverture ou d’accompagnement : les notes de violoncelle, de guitares et de cajón semblent émerger du maillage dense tissé par l’auditoire, et entrer dans la chair du spectacle, pour en constituer l’immédiate visibilité.

Les rythmes tribaux et saccadés succèdent à cette introduction imprévue et fascinante, pour un voyage dans le temps et dans ses modalités. La scène minimaliste et épurée accueille les musiciens et les danseurs, puis, au centre de cette farandole, María Pagés. Soudain, un étrange esprit nous apparait : celui d’un ange du temps, capable de traverser la chair de la danse pour en constituer l’essence même.

Il y a dans sa danse quelque chose qui semble refuser le simple passage du temps, quelque chose qui travaille la temporalité, sans pour autant porter le lest de l’excroissance du passé. C’est une danse qui se précipite dans la diachronie, et trouve son existence dans les césures, dans les dyscrasies et dans les phénomènes d’imbrication temporelles des failles de chronos. Dans ces crêtes, dans ces insistances problématiques, l’art de María Pagés s’insinue et insiste, capable de respirer et vivre l’étrange différence avec le mondain. Célébrant l’exception, elle définit l’objet de son travail : une ode au temps, conçue et formée à l’intérieur de celui-ci.

Tout geste de María Pagés relève de la perfection et de la radicalité ; son expression prend la forme non pas d’une nécessité mais d’une émergence : un surplus qui s’exprime et qui se dépose, comme un voile fascinant, sur nos yeux. Entourée de danseurs et de musiciens exceptionnels, María Pagés surgit sans s’imposer, comme le point culminant d’un travail chaosmotique qui réussit son incarnation dans notre regard sans pourtant, devenir mondaine.

Le spectacle a eu lieu :

Grand Théâtre – Parc Archéologique de Fourvière
6 rue de l’Antiquaille – Lyon
lundi 18 et mardi 19 juin 2018 à 21h30

Le festival Les Nuits de Fourvière et la Maison de la danse ont présenté
María Pagés – Una oda al Tiempo
création 2017
8 danseurs et 7 musiciens
direction artistique, chorégraphie et conception costumes María Pagés
dramaturgie El Arbi El Harti
textes Charles Baudelaire, Walt Wittman, Jorge Luis Borges, Pablo Neruda, Ibn Arabi, Luis Cernuda, Gabriel García Marquez, El Arbi El Harti
musiques Rubén Levaniegos, María Pagés, musiques populaires
scénographie María Pagés et El Arbi El Harti
conception lumière Dominique You
son Kike Cabañas
assistant chorégraphie José Barrios
régie Oscar Alonso «Rusti»
tissus et accessoires María Calderón
réalisation scénographique Eduardo Moreno
avec María Pagés, Eva Varela, Virginia Muñoz, Marta Gálvez, Julia Gimeno, José Barrios, Rafael Ramírez, Juan Carlos Avecilla, José Angel Capel
musiciens Ana Ramón, Bernardo Miranda, Rubén Levaniegos, Isaac Muñoz, Sergio Menem, David Moñiz, Chema Uriarte

www.nuitsdefourviere.com
www.mariapages.com

LASCIA UN COMMENTO

Per favore inserisci il tuo commento!
Per favore inserisci il tuo nome qui

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.