Le magma des possibilités

Logo Hd ResodancerEn guise d’ouverture du Festival des Cultures Juives, la Resodancer Company a investi l’auditorium de l’Espace Hillel de Lyon dans un diptyque précieux et poignant : Subject #1 : Ambush/Nacreous 

Spoiler

Collettivo di danza che mina la direzionalità consueta tra coreografo e danzatori, mettendo in atto una logica dove sono gli stessi esecutori che nominano il proprio riferente, la Resodancer Company ha inaugurato il Festival des Cultures Juives all’Espace Hillel di Lione con : Subject #1 : Ambush/Nacreous, dittico raffinato e potente che indaga le questioni della comunità e delle relazioni umane in un ambiente costantemente ostico e claustrofobico

[riduci]

La Resodancer Company est un collectif de danse contemporaine établi à Lyon et dirigé par Laura Lamy et Tristan Robilliard, danseurs « free-lances » qui renversent le système de subordination des artistes aux chorégraphes pour établir une nomination incessante. Les chorégraphes invités donnent donc une forme aux propositions originaires des performeurs dans un échange et un partage créatif fort, innovant et démocratisé.

En exergue du Festival des Cultures Juives « De Jérusalem à Lyon », la compagnie lyonnaise a conçu un diptyque extrêmement poignant et fascinant, travaillant le simplicité d’un geste dans une répétition multipliant les effets et les visions, à l’instar du processus de la « dramatisation » deleuzienne. Le premier moment de la soirée a été consacré à Ambush, pièce d’une vingtaine de minutes des chorégraphes israéliens Guy Shomroni et Yaniv Abraham : ici un silence irréel prend corps, dans un espace sidéral. L’immensité de l’espace devient assez rapidement claustrophobie et cette incongruence apparente entre ouverture et repli se livre comme le cœur de cet univers choreutique. Le geste retrouve sa condition originaire, sa gestation : les formes sont sur le point de naitre et toute la pièce insiste sur cette condition répétitive et différente. Ramenés continuellement à cet a priori temporel, à cet archè irréductible, nous sommes plongés au cœur d’une tension spirituelle et amoureuse. Ce double mouvement est, effectivement, le même mouvement : une élévation métaphysique totalisante dans son exigence à fédérer toutes les forces et les efforts afin de parvenir à son but. Mais la destination ne sera pas atteinte, le but ne sera jamais saisi. Cette tension archétypique est bien toujours sur-le-point-de, s’arrêtant à tout moment sans aboutir à une formalisation définitive. L’acte se positionne, donc, au-delà de cet effort car, dans ce en-deçà, nous sommes totalement dans la « puissance », dans ce qui précède toute réalisation. Dans Ambush il y a donc une résistance à l’emprisonnement formel et le seul « avoir lieu » est celui du fragment, de ce qui résiste au discours, au logos, telle la photogénie dans l’acte photographique.

Nacreous, le deuxième acte de Subject #1 de la chorégraphe Shi Pratt, propose un travail très dur sur l’individu et son environnement. L’individualisme kaléidoscopique parvient ici à son paroxysme : aucun contact n’est permis entre les corps. Dans un décor minimaliste et suivant un schéma inspiré par Quad de Beckett, Nacreous pointe le doigt sur la communauté des déshumanisés, des misanthropes monadiques. Les êtres, si cruellement différents, s’évitent et s’écartent, tandis qu’une ancestrale exigence fait parfois surface, celle de la recherche de la copie perdue, de l’autre moitié avec laquelle retrouver l’unité androgyne. Il s’agit d’une recherche malgré l’être, en contretemps, qui advient comme une nécessité. L’anankè des Grecs prend ici la forme de la communauté renversante des individualistes. L’accident, le coup, le basculement se répètent, inlassablement, jusqu’au moment de l’enlacement momentané mais charnel. Cette communauté nouvelle ne se réalise pas mais s’exprime, malgré tout, toujours sur-le-point-de devenir quelque chose sans jamais l’assumer. La finalité se soustrait de cette logique et ce qui demeure est bien cette nature et expérience magmatique de la formation qui résiste à sa formalisation, ce champ des possibles qu’on peut circonscrire dans une configuration parfaitement lisible.

Le spectacle a eu lieu :
Espace Hillel
113 Boulevard Marius Vivier Merle – Lyon
jeudi 7 juin 2018 à 21h00

Resodancer Company et le Festival des Cultures Juives ont présenté :
Subject #1 : Ambush/Nacreous
Ambush
chorégraphie Guy Shomroni et Yaniv Abraham
interprètes Laura Lamy, Claire-Marie Ricarte, Ludovic Collura, Tristan Robilliard
création lumières Sammy Torrisi
musique Fabio Perletta, Yves Montand, Visible Cloaks, Dakim, Sun Ra and his Interplanetary Vocal7

durée 30 minutes

Nacreous
chorégraphie Shi Pratt
interprètes Laura Lamy, Claire-Marie Ricarte, Ludovic Collura, Tristan Robilliard
création lumières Olivier Bauer
composition musicale Oystein Moen

durée 25 minutes

https://resodancer.com
www.espacehillel.com

LASCIA UN COMMENTO

Per favore inserisci il tuo commento!
Per favore inserisci il tuo nome qui

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.